Un goûter poétique avec Lucy Warskett

Biographie

Après des études supérieures à la Sorbonne en histoire et en anglais, Lucy Warskett obtient un poste universitaire comme assistante en langue et culture françaises au sein de la Queen's University à Kingston en Ontario (Canada anglophone).
Elle y enseigne deux années avant de rejoindre la Mc Gill University à Montréal en tant qu’assistante de recherche. Employée à traduire des questions historiques en vue de conférences, elle continuera ce travail à Vancouver au sein de l'université U.B.C. Parallèlement, elle effectue des traductions littéraires pour le compte de l'éditeur Mc Lelland & Stewart.

Les circonstances l'amènent ensuite en Tunisie où elle travaille notamment pour la Banque Mondiale en qualité d’'interprète simultanée de conférences, fonction qu’elle exercera aussi plus tard en Algérie et au Maroc, mais en libéral.

Par la suite, recrutée par le Ministère des Affaires Etrangères, elle sera responsable d'un Centre Culturel Français à l'ouest du Cameroun, en zone anglophone, le pays étant officiellement bilingue français -anglais.

Après ce contrat, ce sera le Burkina Faso, au Centre Culturel de Ouagadougou. Puis, les contrats d'interprétariat simultané se succèdent à nouveau t et Lucy Warskett passe d'un continent à l autre et d'un pays à l'autre. Elle ne le fera pas seulement par obligation professionnelle mais aussi par goût de l'aventure et de la découverte.
S'ensuit une vie partagée entre l'Ontario et le sud de la France où elle s'intéresse à la peinture, « sort » ses premiers écrits personnels et où elle rédige aussi des chroniques, tant en anglais qu'en français, pour de petites revues spécialisées.
Quelques années plus tard, elle se retrouve seule et décide de s'installer dans ce pays de Loire qu'elle trouve prédestiné à l'épanouissement de sa double culture linguistique et historique.

Son besoin irrépressible de connaitre, par elle même et sur le terrain, de nombreux pays allant des Amériques à l'Afrique et l'Asie, leurs peuples, leur histoire, leur culture, leurs problèmes , leur quotidien, a été le carburant qui pousse Lucy Warskett à toujours reprendre l'avion ou le taxi brousse avec son sac à dos.

Le Covid a mis hélas un terme brutal à toutes ses aventures mais il lui a en même temps donné enfin le temps de trier toutes ses notes, de s’installer à son bureau et d'inscrire sur le papier ce qu'elle a reçu de sa vie et que son souhait le plus cher est de le partager. 


A propos de "Gloria Mundi"

"Les feuillets de Gloria Mundi se sont imposés à moi, au jour le jour, durant ces quelques mois d'isolement forcé dus au Covid. Ils sont imprimés ici dans l'ordre exact où ils sont arrivés sous ma plume sans que je n'en n'aie au départ eu l'idée d'en faire un livre.
Dans « Ecce Homo », la première partie, c'est parfois un passé qui a surgi en temps réel dans l'actualité ou un présent revisité. Parfois aussi, c'est la réalité d'un instant qui se matérialise dans le voyage intérieur.
La deuxième partie, "Snapshots", témoigne de mon éblouissement devant
le temps du Fleuve Eternel, où se trouvent réunis du Bellay et le Siddharta d’Hermann Hesse : instantanés du bonheur d'être, clins d'œil de la vie et retour de la paix intérieure."


. ********

"Dans la culture francophone où l'on révère dans un livre, l'unité de style et de genre, le classement cartésien et l'attribution d'étiquettes précises, il est difficile de cerner d'un seul mot le livre de Lucy Warskett, Gloria Mundi.
Né de son parcours privé et professionnel, ce n'est cependant pas une biographie
Ce n'est pas non plus un livre de littérature ou d'histoire découlant de sa formation universitaire.
Vous ne lirez pas non plus ici ce que l'on appelle habituellement "récits de voyages "
bien que les textes soient nourris d'expériences de terrain sur quatre continents.
Ne cherchez pas non plus un essai philosophique bien que dans les pages se cache un sous-texte qui frappe tantôt par sa violence, tantôt par sa douceur.
En s’affranchissant des étiquettes dans la tradition anglophone, les écrits de Lucy Warskett naissent de sa liberté et ignorent un académisme contraignant et desséchant. Les flèches qu’ils décochent n’en sont que plus acérées…"


Lucy Warskett

© Copyright 2021 Prieuré de Breuil-Bellay Saumur

Built with Mobirise - See it